Médecine et chirurgie des petits et grands animaux.

Clinique vétérinaire
Objat

En savoir plus

Animaux de compagnie

Médecine canine et féline

En savoir plus

Animaux de la ferme

Services en clientèle bovine

Voir nos services

Équidés

Services en clientèle équine

Voir nos services

NACS & basse cour

Nouveaux animaux de compagnie
Animaux de basse-cour

Voir nos services

 

Nous appeler

05 55 25 83 59

Nous envoyer un message

Clinique vétérinaire généraliste

Nous assurons la médecine et la chirurgie des petits et grands animaux.

Animaux de compagnie

Médecine générale, dermatologie, cardiologie, dentisterie, chirurgie des tissus mous et osseux, suivi de reproduction, médecine et chirurgie des NACS, etc…

Grands animaux

Bovins, chevaux, animaux de la ferme.
Médecine générale, chirurgie, obstétrique, suivi de reproduction, bilan sanitaire, bilan d’élevage etc…

5 vétérinaires et 3 assistantes

L’équipe

Patrice Guillaume

Patrice Guillaume

Vétérinaire

Diplômé de l’école vétérinaire de Toulouse en 1981, il pratique la chirurgie et la médecine des petits et grands animaux. Il est titulaire du CES de dermatologie. Si par exemple, votre chien présente un probléme de peau complexe, il saura le soulager.

Franz Morize

Franz Morize

Vétérinaire

Diplômé de l’école vétérinaire de Nantes en 1996, il pratique la chirurgie et la médecine des petits et grands animaux. Aprés les poules d’ornements, les mini poneys, sa dernière passion c’est l’apiculture.

Amandine Dufaure Bourdarias

Amandine Dufaure Bourdarias

Assistante vétérinaire

Elle est assistante vétérinaire à Objat depuis 2003. Amandine a un très bon feeling avec les animaux, c’est la spécialiste des causes perdues : les bébés hérissons et écureuils surivent grace à elle.

Jean-Michel Lavergne

Jean-Michel Lavergne

Vétérinaire

Diplômé de l’école vétérinaire de Lyon en 1989, il pratique la chirurgie et la médecine des petits et grands animaux. Une grande curiosité pour toutes les espèces, de la vache au cochon d’Inde, ses tortues lui ont permis de développer des compétences chez les NACS.

Actualités

Dernières publications facebook

Vache
Ça fumait ce matin à Villac....
... En savoir plusSee Less

08/01/21

Comment on Facebook

Ouh punaise !!!

la banoue est figée!!!

Les 4 petits cochons de Sebastien et Caroline à Yssandon.
Pas mal de réinventer la polyculture élevage du bassin de Brive, un moyen de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ........
... En savoir plusSee Less

23/12/20

Les 4 petits cochons de Sebastien et Caroline à Yssandon. 
Pas mal de réinventer la polyculture élevage du bassin de Brive, un moyen de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ........

Lu dans la presse véto ce jour :

Depuis lundi dernier 21 décembre, détenir un chat non identifié peut être puni par une contravention de IV° classe, c'est-à-dire une amende forfaitaire de 135 €, ou, au maximum 750 € en cas d'amende judiciaire et le double en cas de récidive. Cette sanction est désormais prévue dans un décret sur le bien-être animal publié le dimanche 20 décembre.

Pourtant, cela fait presque neuf ans, depuis le 1er janvier 2012 que l'identification des chats est obligatoire — même hors cession de l'animal. Mais l'absence d'identification d'un chat — contrairement au chien — n'était jusque-là pas sanctionnée.

Impossible de sanctionner 80 % des propriétaires de chats
Cela n'était pas un oubli. Car en mai 2011, lorsque la loi a introduit cette obligation dans le code rural, plus de 80 % des chats ne sont pas identifiés. La loi du 17 mai 2011 a donc réservé aux seuls chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de plus de 7 mois cette obligation, sans effet rétroactif, ni sur les chatons âgés de moins de 7 mois.

La loi de 2011 a aussi — intentionnellement — choisi de ne pas sanctionner les propriétaires de chats non identifiés, puisque 80 % d'entre eux auraient pu l'être.

L'objectif premier de cette loi n'était d'ailleurs pas tant de contraindre les propriétaires de chats non identifiés à les identifier que de placer les gestionnaires des refuges de chats errants ou perdus dans une plus grande sécurité juridique.

Une meilleure sécurité juridique pour les euthanasies des chats errants
Avant 2012 les chats perdus non identifiés étaient placés en refuge puis euthanasiés, parfois par erreur, faute d'identification obligatoire du chat permettant de retrouver leurs propriétaires. Cette euthanasie des chats errants non identifiés était parfois contestée par leurs propriétaires qui n'avaient pas cette obligation d'identification.

À partir de 2012, si des chats (adultes) perdus sont non identifiés alors que cela est obligatoire, le refuge peut alors procéder à ces euthanasies avec une bien plus grande sécurité juridique. Car les chats adultes non identifiés sont en effet légalement considérés comme sans propriétaire. Leur euthanasie est ainsi moins contestable par un éventuel propriétaire qui a omis cette obligation et est ainsi lui-même en infraction.

Verre moitié plein ou moitié vide : un chat sur deux (n')est (pas) identifié
Aujourd'hui, la situation de l'identification est un peu meilleure. Le gestionnaire du fichier i-Cad estimait, en 2018, que 47 % des chats sont identifiés, soit environ un sur deux. Acceptons de voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. En huit ans, l'identification des chats s'est donc grandement améliorée et continue à s'améliorer.

L'adoption d'un régime de sanctions permettra — peut-être — de convaincre une partie des propriétaires de chats de le faire à l'avenir. Les vétérinaires pourront aussi leur rappeler non seulement l'obligation d'identification, mais aussi désormais le risque d'amende de 135 €.

135 € d'amende aussi pour la cession d'un chaton non identifié
Le nouveau décret modifie l'article R. 215-15 (7°) qui liste les sanctions pénales prévues en cas d'infraction aux obligations d'identification des chiens ou des chats (voir ce lien). Désormais, la détention d'un chat non identifié âgé de plus de 7 mois (et né après le 1er janvier 2012) peut être sanctionnée par une contravention de IV° classe soit 135 € pour l'amende forfaitaire. C'est donc la même sanction que pour un chien non identifié âge de plus de 4 mois (et né après le 6 janvier 1999).

Ces obligations d'identification et ces sanctions s'appliquent en dehors de toute cession de l'animal. Car, pour une cession (un don ou une vente), l'identification des chiens et des chats est toujours obligatoire quel que soit l'âge, légalement après l'âge de huit semaines. L'absence d'identification d'un chat ou d'un chien lors d'une cession est déjà sanctionnée, de longue date, par une contravention de IV° classe par le même article R. 215-15. Cette identification étant alors à la charge du cédant, cela serait à lui que la contravention devrait être adressée. La même amende s'applique aussi au cédant si le chaton ou le chiot cédé est âgé de moins de huit semaines (article R. 215-10). Si l'acquéreur ne fait pas identifier le chiot ou le chaton « mal acquis », il pourra être sanctionné lorsque le chiot dépasse l'âge de 4 mois ou le chaton celui de 7 mois.
... En savoir plusSee Less

23/12/20

Lu dans la presse véto ce jour :

Depuis lundi dernier 21 décembre, détenir un chat non identifié peut être puni par une contravention de IV° classe, cest-à-dire une amende forfaitaire de 135 €, ou, au maximum 750 € en cas damende judiciaire et le double en cas de récidive. Cette sanction est désormais prévue dans un décret sur le bien-être animal publié le dimanche 20 décembre.

Pourtant, cela fait presque neuf ans, depuis le 1er janvier 2012 que lidentification des chats est obligatoire — même hors cession de lanimal. Mais labsence didentification dun chat — contrairement au chien — nétait jusque-là pas sanctionnée.

Impossible de sanctionner 80 % des propriétaires de chats
Cela nétait pas un oubli. Car en mai 2011, lorsque la loi a introduit cette obligation dans le code rural, plus de 80 % des chats ne sont pas identifiés. La loi du 17 mai 2011 a donc réservé aux seuls chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de plus de 7 mois cette obligation, sans effet rétroactif, ni sur les chatons âgés de moins de 7 mois.

La loi de 2011 a aussi — intentionnellement — choisi de ne pas sanctionner les propriétaires de chats non identifiés, puisque 80 % dentre eux auraient pu lêtre.

Lobjectif premier de cette loi nétait dailleurs pas tant de contraindre les propriétaires de chats non identifiés à les identifier que de placer les gestionnaires des refuges de chats errants ou perdus dans une plus grande sécurité juridique.

Une meilleure sécurité juridique pour les euthanasies des chats errants
Avant 2012 les chats perdus non identifiés étaient placés en refuge puis euthanasiés, parfois par erreur, faute didentification obligatoire du chat permettant de retrouver leurs propriétaires. Cette euthanasie des chats errants non identifiés était parfois contestée par leurs propriétaires qui navaient pas cette obligation didentification.

À partir de 2012, si des chats (adultes) perdus sont non identifiés alors que cela est obligatoire, le refuge peut alors procéder à ces euthanasies avec une bien plus grande sécurité juridique. Car les chats adultes non identifiés sont en effet légalement considérés comme sans propriétaire. Leur euthanasie est ainsi moins contestable par un éventuel propriétaire qui a omis cette obligation et est ainsi lui-même en infraction.

Verre moitié plein ou moitié vide : un chat sur deux (n)est (pas) identifié
Aujourdhui, la situation de lidentification est un peu meilleure. Le gestionnaire du fichier i-Cad estimait, en 2018, que 47 % des chats sont identifiés, soit environ un sur deux. Acceptons de voir le verre à moitié plein plutôt quà moitié vide. En huit ans, lidentification des chats sest donc grandement améliorée et continue à saméliorer.

Ladoption dun régime de sanctions permettra — peut-être — de convaincre une partie des propriétaires de chats de le faire à lavenir. Les vétérinaires pourront aussi leur rappeler non seulement lobligation didentification, mais aussi désormais le risque damende de 135 €.

135 € damende aussi pour la cession dun chaton non identifié
Le nouveau décret modifie larticle R. 215-15 (7°) qui liste les sanctions pénales prévues en cas dinfraction aux obligations didentification des chiens ou des chats (voir ce lien). Désormais, la détention dun chat non identifié âgé de plus de 7 mois (et né après le 1er janvier 2012) peut être sanctionnée par une contravention de IV° classe soit 135 € pour lamende forfaitaire. Cest donc la même sanction que pour un chien non identifié âge de plus de 4 mois (et né après le 6 janvier 1999).

Ces obligations didentification et ces sanctions sappliquent en dehors de toute cession de lanimal. Car, pour une cession (un don ou une vente), lidentification des chiens et des chats est toujours obligatoire quel que soit lâge, légalement après lâge de huit semaines. Labsence didentification dun chat ou dun chien lors dune cession est déjà sanctionnée, de longue date, par une contravention de IV° classe par le même article R. 215-15. Cette identification étant alors à la charge du cédant, cela serait à lui que la contravention devrait être adressée. La même amende sapplique aussi au cédant si le chaton ou le chiot cédé est âgé de moins de huit semaines (article R. 215-10). Si lacquéreur ne fait pas identifier le chiot ou le chaton « mal acquis », il pourra être sanctionné lorsque le chiot dépasse lâge de 4 mois ou le chaton celui de 7 mois.

Comment on Facebook

Comment punir les propriétaires de chats non identifiés s'ils ne sont pas pucés?

Très bonne initiative de la clinique vétérinaire Il serait bien que les municipalités affichent ce document Cela permettrai de voir moins de chat dans la nature. Le chat est le premier prédateur de la petite faune sauvage . Pseudos écolos attention à votre porte-monnaie ?

Bon à savoir ! Si ça pouvait limiter les divagations d'animaux ce serait bien. Passez de bonnes fêtes

Un ciel tumultueux, une vache des highlands, Scotland ?....eh non, Voutezac, l´exotisme à 2 pas d´Objat. ... En savoir plusSee Less

10/12/20

Un ciel tumultueux, une vache des highlands, Scotland ?....eh non, Voutezac, l´exotisme à 2 pas d´Objat.

Comment on Facebook

Magnifique!

De quoi s'y tromper!!En tout cas magnifique photo!

La photo est vraiment chouette !!!!!

Effectivement pas l'habitude de voir des vaches écossaises par chez nous.original mais c'est très bien.

On peut voyager en restant confinés 😷😤😂

elles sont magnifiques ces vaches, la photo aussi, superbe !!

c super original! elles sont magnifiques ! trop belles...c à Voutezac? et plus précisement...pour les voir..de près!😊😊😊😊🐄🐄🐄🐄

+ View more comments

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela. Vous pouvez lire notre politique de confidentialité.

Fermer